danieldrai

Article Actu J – 20 Juin 2013 – L’OUBLI DE L’ETRE – JUIF

In ARTICLES on juin 20, 2013 at 3:08

L’OUBLI DE L’ETRE – JUIF

C’est peu de dire que la communauté juive de France traverse l’une des périodes les plus difficiles de l’après-guerre. L’on dirait même qu’elle est engagée sur une pente fatale et que son avenir s’abrège. Le plus préoccupant est que ses difficultés entrent en résonance avec celles de la société française. Il y a dix jours un sondage indiquait qu’aux élections européennes de 2014 le Front National de Marine le Pen passerait devant le PS, avec un seul petit point le séparant de l’UMP. L’élection législative partielle qui s’est déroulée dans le Lot confirme ce sondage: le PS se voit éliminé dès le premier tour. Au train où vont les choses, si se poursuivait le jeu de massacre au cours duquel le pouvoir socialiste tente par l’affaire Tapie de neutraliser une probable candidature de Nicolas Sarkozy pour 2017, tandis que l’UMP, de son côté, s’efforce de délégitimer François Hollande au poste qu’il occupe depuis l’an dernier, et tout cela pendant que le chômage augmente et que les ponctions fiscales se succèdent; si en même temps l’islamisme radical accentuait son emprise sur la société française, comme l’atteste la plainte déposée contre Yvan Rioufol pour «islamophobie» alors qu’il n’a fait qu’exprimer son opinion de journaliste libre à ce propos; et enfin si l’extrême gauche, aidée par le Parti communiste, rejouait «1968» en forme de farce, nul doute que les indications de ce sondage et que les résultats de ce vote s’amplifieront. Marine le Pen se retrouvera fatalement en  position de force devant un « Front Républicain » improvisé, débilité et démonétisé.

Or, face à un tel horizon, et au lieu de faire preuve d’unité, les principales organisations juives sont toujours engrenées dans le jeu habituel où les politesses de façade ne suffisent plus à masquer des dissentiments incurables qui n’ont rien à envier à ceux des partis précités. Qu’on en juge. Le président du Consistoire central qui cumule ce mandat avec celui de président de l’ACIP organise un congrès où il croit devoir inviter le président de la République, lequel jusqu’à présent s’était limité, comme il se doit, aux dîners  du CRIF. Aussitôt ses opposants crient à la manœuvre démagogique, au viol de la laïcité et surtout interviennent directement auprès du président de la République pour qu’il annule sa visite. Finalement François Hollande l’a maintenue mais l’a fait payer par quelques formules acides, plus ou moins spirituelles pour ne pas dire déplacées s’il n’y avait pas été incité par ces déchirements. De la même manière, l’élection de Roger Cukierman à la tête du CRIF à peine proclamée, le «Canard enchaîné» se voyait fourni en «indiscrétions» provenant  de notre belle et chère communauté, destinées à déconsidérer le nouveau président de cette institution à vocation spécifiquement politique. Et que penser des « dénonciations » vengeresses et ravageuses qui circulent sur le Net, comme si nos ordinateurs étaient des collecteurs d’eaux grasses…  A quoi s’ajoute la crise ouverte à la tête du rabbinat de France qui laisse ce corps de métier plus désemparé qu’il ne le montre, tâtonnant dans un obscur entre- deux règnes. Pour chacun le souci de son sort personnel risque de l’emporter de plus en plus sur les exigences morales de la profession. Tout se passe comme si, à ce niveau,  la communauté juive de France s’adonnait frénétiquement à la dissolution  de son être propre, à l’oubli de l’être-Juif, et des valeurs qui la qualifient en tant que telle,  adoptant le pire des langages, des conduites, des dévoiements de la société environnante.

Il en résulte depuis quelques mois un discrédit moral sans précédent dans son histoire car, comme l’on s’en doute, ce qui se répand intentionnellement dans la sphère publique ne peut plus être imputé à la malveillance des médias ou à l’antisémitisme pathologique de scribouillards qui d’ailleurs ne le lui font  pas dire. Rétablir l’autorité morale de la communauté juive est une tâche d’extrême urgence qui préservera son avenir politique. Le désintéressement, le sens des limites, l’oubli de soi et non pas de l’Être-juif, le respect scrupuleux de la  vocation spécifique de chaque institution, sont autant d’impératifs catégoriques.

Nul ne doit se méprendre sur ce qu’en diront les historiens futurs ni à quoi ils associeront sans états d’âme le nom de tel ou tel dirigeant  dans l’histoire de la présente décennie: responsable véritable ou..notable inconscient? Il n’est plus temps de tergiverser.

 

Raphaël Draï

  1. par pur coincidence je relis cet apres midi un texte de Mon regrette Maitre THEO DREYFUS

    il ecrit en 1967

    j’ai connu le dcouragement et aussi la solitude ,cruelle, face une communaut juive trop souvent ignorante d’elle mme

    ,trop souvent indiffrente aux hommes et aux institutions, communaut qui , plus d’une fois, vous apparait sous les traits d’un

    « prince qui vous gouverne », non d’un frre . Je me suis avant tout efforc d’tre fidle moi-mme, l’enseignement .

    voic ces mots qui malheureusement paraissent encore d’actualit

    bien vous

    cordial chalom

    robert benbassat

    ps j’ai partage sur Facebook votre article

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :