danieldrai

Bloc-Notes: Semaine du 14 Juillet 14

In BLOC NOTES, SUJETS D'ACTUALITE on juillet 20, 2014 at 6:28

14 juillet.

54630501882776490490no

Hier, dimanche, une bande d’énergumènes, manifestant pour la cause palestinienne et en faveur du Hamas – comme si les deux allaient de soi et surtout comme si les deux étaient automatiquement liés – s’en sont pris à la vénérable synagogue de rite judéo-portugais de la rue de la Roquette. On se demande quel eût été le sort des fidèles qui se trouvaient là s’ils avaient pu y pénétrer! Que des militants islamistes donnent cours à leur haine et à leur ressentiment est une chose. Que leur manifestation ait été soutenue par des formations politiques comme le PCF ou le NPA autre chose. Le Parti Communiste Français joue un rôle délétère dans la propagation de l’antisionisme en France. Passe encore si cette position correspondait à une conviction véritable. En réalité, pour ce parti devenu fantomatique, si l’on songe à ce qu’il était du temps de Thorez et même de Marchais, l’antisionisme est une « cause » qui lui donne l’occasion d’exister et qui finit par l’en convaincre. Il ressemble de plus en plus à ces morts des champs de bataille dont on a bourré les cadavres d’explosifs. Quant au NPA de Besancenot qu’en dire qui reste charitable? Le Nouveau Parti Anticapitaliste est mené ou inspiré par ce postier d’opérette qui joue dans son registre dérisoire les prêtres-ouvriers des années d’après-guerre. Son «service» à La Poste, aménagé en fonction de ses « responsabilités » syndicales et politiciennes, lui laisse suffisamment de temps pour engranger des points de retraite et faire l’important sur les plateaux de télé qui veulent encore filmer ce poulbot quadragénaire. Car Olivier Besancenot est tout sauf un intermittent du spectacle. Comme il est contesté à l’intérieur même de son groupuscule, et comme celui-ci n’a aucune légitimité démocratique – il faut réaliser que le score du NPA aux dernière élections européenne a été de 0,30% des suffrages exprimés, autant dire nul – il récusera le principe même de la démocratie et cherchera aveuglément des alliances amphétaminiques. D’où sa collusion avec les islamistes dont la préférence pour le vert n’est celle du vert écologiste – à quelques exceptions prés. Les salafistes-djihadistes de France doivent en faire intérieurement des gorges chaudes. Ils savent bien s’ils prenaient le Pouvoir quel sort serait réservé à des benêts de cet acabit qui prétendent parler au nom de l’avenir mais qui ne font que ressasser des idées déjà sénescentes en 1968. La haine ne va pas sans simplisme intellectuel, si ces deux mots pouvaient être accolés. Plus que jamais la pensée doit retrouver en France ses droits et ses exigences. Ce qui nous reconduit au système de la Vème République dans son délabrement présent. II faut espérer qu’entre-temps les Pouvoirs publics ne perdront pas de vue leur devoir.

 

16 juillet.

220px-Imperial_Crown_of_Austria_Globus_cruciger_Sceptre

Un avion de ligne malaisien abattu par un missile ukrainien. Prés de 300 morts. A quoi s’ajoutent pour cette seule journée les 200 morts, égorgés ou abattus d’une balle dans la nuque, en Syrie, plus les 14 militaires tunisiens et les 2 militaires algériens tués dans des coups de main djihadites. Sans compter les nouvelles victimes de Boko Haram et la menue monnaie des morts qu’on ne dénombre plus en Irak où « l’Etat Islamiste » auto-proclamé vient de rétablir le Caliphat. Les Etats-Unis soupçonnent les indépendantistes ukrainiens pro-russes d’avoir déclanché le tir et provoqué ce massacre caractérisé. Pourtant le Conseil de Sécurité ne se réunira pas pour ces broutilles tant qu’il aura Israël à se mettre sous la dent. Le conflit israélo- palestinien fait désormais l’objet d’une véritable polarisation diplomatique, pour ne pas dire d’une inquiétante fixation psychique. Quoi qu’il se passe dans le monde, tout y conduit, ou tout y ramène. Pendant ce temps, les conflits prolifèrent et la carte du monde change. La relecture du livre de Raymond Aron « Dimensions de la conscience historique » en fait justement prendre conscience. Après la chute du mur de Berlin et la liquéfaction de l’URSS, l’on pensait que la structure des relations internationales allait se modifier sensiblement; que le temps de la paix allait advenir; que celui des nationalismes impériaux ou des Empire nationalistes était révolu; que le règne modeste de l’éthique était fort proche. Raymond Aron a écrit un autre livre aussi: « Les désillusions du progrès ». Il en va du progrès économique comme du progrès en diplomatie. Sous nos yeux se constituent ou se reconstituent deux formes d’impérialismes dont la nature attend d’être plus précisément étudiée: l’impérialisme russe, à la Poutine, et l’impérialisme djihadiste. Le premier ne tient aucun compte des «équilibres» et concessions consenties après la chute de l’URSS. La captation de la Crimée en représailles contre la tentative de « sécession » ukrainienne l’atteste. Et ce n’est sans doute pas fini pour cette région du monde. Quant à l’impérialisme djihadiste, il ne se limite plus au territoire capté par l’ex-«Etat Islamique en Syrie et au Liban» devenu «Etat Islamique» tout court. Il se configure partout où cette forme d’islam peut s’exprimer, militairement ou par manifestations de masse, en Europe notamment; partout où les populations de référence islamique en forment le substrat matériel et le potentiel mobilisable. Les démocraties sauront- elles y réagir? Désillusions du progrès, progrès de la désillusion. L’anarchie augmente un peu partout. En Turquie mentalement islamisée, Erdogan ne cesse d’éructer sa haine contre Israël et l’Egypte. Il n’a plus qu’Hitler à la bouche. On imagine cette Turquie là, toujours membre de l’OTAN, à l’intérieur de l’Europe…

17 juillet.

images-4

Le livre que j’ai ouvert, en même temps que ma fenêtre: la biographie d’Anaïs Nin par Deidre Bair, en est à la même page. Par quoi en avoir été distrait? Partiellement par son objet même. Sans doute les Journaux de Nin sont-ils d’un grand intérêt pour les admirateurs de cette sorte de littérature que l’on pourrait qualifier, sans chercher à être désobligeants, d’«orificielle» tant les orifices corporels y jouent un rôle déterminant. Quant à son comparse, Henry Miller, je doute qu’il soit le grand écrivain que l’on prétend. J’ai lu Sexus il y a quelque trente ans et ai perçu la différence avec Sade, et même avec Bataille ou Guyotat. Mais c’était le temps du reflux irrépressible des corps viscéraux, jusque là ignorés ou sublimés, dans le corps même des livres imprimés. Une phase inévitable, comme celle du cinéma pornographique des années 70. Pourtant cette cause- là ne jouait pas seule. Ce jour de plein juillet me trouvait attentif à la chute des feuilles, aux platanes géants déjà roussis, aux pans du mur de l’immeuble d’en face, que l’on ne voit pas durant le printemps, qui redevenaient visibles, avec dans l’épaisseur même des feuillages d’où l’on sent que la sève se retire des trouées de ciel bleu, d’un bleu insensiblement atténué. L’automne pressé d’arriver dans les pas de l’été pressé de s’en aller? Du Vivaldi silencieux.

RD

  1. http://www.postedeveille.ca/2010/06/musulmans-et-occidentaux-les-diff%C3%A9rences-psychologiques.html

    Je conseille fortement de lire ce texte qui proviens du psychologue Danois, N. Sennels, ca explique beaucoup de choses…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :