danieldrai

Bloc-Notes: Semaine du 15 Septembre 2014

In Uncategorized on septembre 28, 2014 at 9:53

16 septembre.

critique-le-retour-de-frank-james-lang

Conférence de presse du chef de l’Etat, comme on a pris la mauvaise habitude de désigner le président de la République. Ses conseillers y comptent beaucoup pour rétablir François Hollande sur sa selle et l’affermir dans ses étriers. Dès le début l’impétrant était trop tendu, d’où lapsus et bafouillages. Vite repris car quoi qu’en en pense, le métier est là. Pourtant lorsque les éléments externes s’en mêlent, plus rien ne va. Cette fois, ce n’était pas comme lors de l’allocution à l’Île de Sein, une pluie diluvienne mais sans doute un mauvais réglage de la climatisation élyséenne. Il en est résulté que le président apparaissait devant les caméras suant et suintant, dans l’impossibilité de s’éponger sans cesse. Images cruellement symboliques de cette première moitié de quinquennat dans laquelle les calamités ont succédé aux mauvais coups, avec un mixage sans précédent de vie publique et de vie privée. En réalité les esprits étaient orientés vers l’intervention télévisée de Nicolas Sarkozy annoncée pour la fin de semaine. Cette fois le « retour » ne fait plus de doute et le timing a été respecté après une phase de suspense et de rumeurs savamment distillées. « Politique- spectacle »? La politique est aveugle lorsqu’elle se réduit aux vengeances personnelles. La France n’est plus la même qu’en 2012 au soir de la défaite de l’ancien président. Il ne suffit pas de relever que la situation générale du pays s’est aggravée. Cette aggravation engendre plus qu’un malaise: un état d’esprit difficile à définir. L’impuissance s’y mélange à l’idée que « tous se valent » et « qu’ensemble ils ne valent pas grand chose ». Le gouvernement, après le vote de confiance arraché par Manuel Valls, recule devant toute réaction dite catégorielle ou corporatiste. Il n’a plus les moyens de faire front. La chose se sait et se propage. Hier les huissiers ont eu gain de cause tandis que les pilotes d’Air France menacent de laisser leurs avions sur les tarmacs. C’est dans ce « contexte » que Nicolas Sarkozy interviendra et l’on sera attentif non pas à l’inévitable numéro de l’excellent acteur qu’il sait être mais aux solutions qu’il préconise et surtout à celles qu’il serait véritablement en mesure de mettre en oeuvre. Et d’ailleurs avec qui? Là encore nous ne sommes plus en 2012. L’UMP est en lambeaux. Les candidats de cette mouvance à l’élection de 2017 sont nombreux, virulents et… amnésiques: Juppé, Fillon, Le Maire, d’autres encore. L’on peut douter qu’ils se rendent facilement. Chacun s’imagine que dans la déliquescence de François Hollande l’alternance est inéluctable en 2017 et qu’il suffira de se baisser pour ramasser la présidence de la République. Voire… Dans la vie politique française les ambitions débridées et irréductibles sont également des formes d’auto-destruction. Nicolas Sarkozy le sait. S’il a décidé de revenir c’est sans doute parce qu’il a déjà médité à la manière d’ôter tous ces bâtons de ses roues, lui qui aime tant le vélo…

19 septembre.

images-1

Après une nuit de véritable suspense, les Ecossais ont voté pour le maintien dans l’Union. On retiendra de cette campagne fort disputée le plaidoyer historique de l’ancien premier Ministre, Gordon Brown, Ecossais lui même, pour la préservation du bien nommé Royaume Uni. On ne peut d’un côté s’échiner pour constituer de grands ensembles politiques comme l’Union Européenne, quitte à en faire partie avec des clauses particulières, et de l’autre laisser le continent européen s’en aller en morceaux. Bien sûr l’époque est à la promotion des «identités» surtout lorsqu’elles ont été longtemps, trop longtemps, méconnues, bafouées ou réprimées. Cependant la notion de prescription ne doit elle pas jouer aussi dans la vie politique? Vient un temps où ce à quoi tel ou tel prétend n’est plus de mise. C’est pourquoi malgré ses partisans les plus farouches le Québec n’a pu accéder à une indépendance qui pour l’ensemble du Canada ne serait qu’une manière de sécession, sans véritable lendemain. Il n’en a pas été autrement pour la Catalogne. Une identité quelle qu’elle soit ne se conçoit jamais à l’état isolé et si pour des raisons plausibles l’on entreprend de promouvoir la sienne propre il faut sans tarder songer aux appartenances plus larges de remplacement. Autrement guette la pulvérisation des économes et l’atomisation des espaces géopolitiques, alors que sous nos yeux se constituent d’autres impérialismes, ceux du fanatisme conquérant et du délire sanguinaires érigées en « volonté de Dieu ».

21 septembre.

images-3

Après un bref moment de résistance, revu « Samson et Dalila » de Cecil B. de Mille (1949). Le film n’a pas pris une ride. Les deux acteurs principaux, Victor Mature et Hedy Lamarr, incarnent au sens le plus visuel les deux principaux protagonistes de ce drame biblique qui aurait pu virer au péplum. Or précisément, Victor Mature, massif mais non pas sculptural, n’est pas Steve Reeves et si Hedy Lamarr est belle à faire rêver ce qu’elle manifeste de vipérin ramène rapidement aux réalités morales. On n’omettra pas de signaler la performance de George Sanders dans le rôle du roi des Philistins, jouisseur mais implacable, revenu de tout mais qui sait se servir de Dalila comme elle même croit pouvoir se jouer de lui. Et puis, comment rater la scène finale lorsque dans le temple de Dagon, bourré jusqu’aux derniers gradins par les ennemis de Samson venus assister à sa génuflexion devant l’idole, dans les insultes et les quolibets, dans les cris de triomphe et les moqueries à l’encontre du Danite, soudain s’entend le bruit de la colonne du temple glissant sur sa base sous la poussée du divin aveugle et que d’un coup le silence se fait, sidéré, accentuant ce bruit avant l’écroulement final dans la panique et l’impossibilité de fuir ! Le film incite à se reporter au récit biblique lui même qui enseigne la faillibilité des êtres réputés les plus forts, physiquement et spirituellement, lorsque l’esprit de sagesse les a quittés. Saluons enfin le doublage de Victor Mature par Jean Davy qui ne se contente pas d’engainer la voix de l’acteur américain dans les mots de la langue française : en réalité, il rejoue le personnage dans cette langue.

 RD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :