danieldrai

BLOC-NOTES: Semaine du 29 Septembre 14

In Uncategorized on octobre 13, 2014 at 7:29

30 septembre.

images-1

Pierre Moscovici sur les grills de Bruxelles et de Strasbourg! L’interrogation fondamentale s’énonce en ces termes: comment l’ancien Ministre de l’Economie et des Finances de François Hollande pourrait-il mettre en oeuvre pour l’UE entière des principes qu’il n’a (ou qu’il n’aurait) pas su faire respecter dans son pays, durant son passage au pouvoir? Mais ce « pouvoir » l’avait-il vraiment? Nul n’ignore comment, au delà des textes constitutionnels formels, fonctionne la Vème République. Les centres de décision réels sont concentrés à l’Elysée et les ministres, pour la plupart, ne sont que de grands commis. C’est justement ce rôle qu’Arnaud Montebourg n’a pas entendu jouer et qu’actuellement il détricote sans doute avec un excès de mise en scène. On ne peut pas avoir été ministre de tel ou tel président, et une fois que l’on a quitté le pouvoir, ou qu’on en a été éjecté, faire comme si l’on n’avait jamais été aux affaires. L’observation vaut également pour Alain Juppé, François Fillon et d’autres vis à vis de Nicolas Sarkozy. Ce qui choque chez l’ancien Ministre du Redressement Productif n’est pas tant sa faconde – il y a une ébriété de la parole comme il y en a une proprement éthylique – que le mélange des genres et la confusion des symboles. Un reportage télévisé le montre, lui le chevalier de la gauche pure et dure, arrivant à une réunion de sympathisants – il n’est pas en mesure de bénéficier encore de véritables meetings – dans une impressionnante berline, avec si je ne m’abuse chauffeur et garde rapprochée. Comme nous traversons une des périodes intellectuellement et symboliquement des plus confuses depuis 1958, rien ne doit étonner. En l’occurrence, l’on perçoit là les marques de l’addiction au pouvoir et l’incoercible ambition des sommets élyséens. Inutile de se lamenter sur l’absence d’une réelle « pensée de gauche ». Les députés « frondeurs » du PS qui prétendent ne pas s’en désister sont mis en marge du parti, ou de ce qu’il en reste, et « sortis » sans ménagements des commissions qui comptent. Combien de temps tout cela durera-il? Le Sénat bascule de nouveau à droite et s’apprête réélire au siège présidentiel Gérard Larcher qui redeviendra ainsi dans l’ordre constitutionnel le deuxième personnage de l’Etat. Récapitulons: un Sénat à droite et qui promet une opposition constructive comme l’on promet un poison indolore; une Assemblée indocile dans laquelle une majorité présidentielle ne sait plus à quelle corde se pendre; l’économie au ventre de plus en plus concave, et la marmite qui bout sans renverser le couvercle. Décidément la France est bonne fille…

1er octobre.

220px-Rebellious_Slave_(Michelangelo)

Encore le pseudo-Etat islamique du Calife El Baghdadi et de ses sbires. Certes, les forces aériennes de la coalition bombardent régulièrement ses positions mais pour l’heure le résultat n’est pas réellement probant. A se demander si les forces concernées ne mènent pas face à cette engeance sans foi ni loi une forme obsolète de guerre. Cela noté, la solution n’est pas des plus faciles. Quel autre type de guerre mener contre un ennemi pour qui la notion de vie – celle des autres s’entend! – est insignifiante, qui prétend ne pas craindre la mort? On songe bien sûr aux versions vulgarisées de la fameuse dialectique du maître et de l’esclave – au moins dans sa première phase conçue par Hegel. Lorsque deux individus entrent en collision existentielle, le premier qui craint de mettre sa vie en jeu est voué à l’esclavage sous la domination de l’autre qu’une crainte analogue n’aurait pas habité. S’il n’est pas sûr qu’El Baghdadi ait jamais lu Hegel c’est cette dialectique là qu’il met pratiquement en oeuvre par tous les moyens qui puissent avilir un être humain. Ce qui l’autorise, sur les territoires où il exerce son pouvoir par une terreur qu’il prétend puiser dans la Loi divine, à exercer une souveraineté absolue, disposant en plein arbitraire des corps et des biens, et délivrant même ses propres passeports pour ceux qui le rejoignent dans cette entreprise insensée. D’où cette question: imagine t-on El Bahdadi capturé selon les règles de la chevalerie moderne et déféré devant la Cour Pénale Internationale, conforté par tous ses avocats?

5 octobre.

220px-Joseph_Roth_(1926)

Débat plus que classique: peut-on assigner une fonction, une mission, une vocation à la littérature sans la dénaturer et lui faire perdre sa raison d’être? De quoi un livre devrait-il être le porteur? D’un message? D’une morale? Doit-il obligatoirement privilégier sous une forme ou sous une autre le choix de la vie? Toutes ces questions se posent une fois refermé le très beau récit de Joseph Roth: « La marche de Radetzky ». Du point de vue littéraire, un joyau. Des flots d’images, des formules plus heureuses les unes que les autres, des personnages qu’on voudrait ne plus quitter. En même temps, deux histoires de mort entrelacées: celle de l’Empire austro-hongrois et celle de la famille Von Trotta. D’un côté une sorte d’Etat cocagne où toutes les nationalités, toutes les sensibilités, toutes les confessions ont droit de cité, pour peu qu’elles s’identifient à l’Empereur Apostolique, de l’autre des personnages transformés peu ou prou en automates moraux et qui n’ont d’autre alternative à cette obédience sacrale que l’alcool ou la roulette. De ces pages superbement écrites exsude parfois un sentiment suffocant de désespoir qui reconduit avant la création du monde. Bien sûr le récit de Joseph Roth fait penser à d’autres livres confrontés à un sentiment analogue, notamment « Le Guépard » de Lampedusa avec bien entendu « Les Buddenbrook » et « Mort à Venise » de Thomas Mann, sans parler d’une littérature encore plus contemporaine, chronologiquement parlant. Un équilibre est à trouver avec Hugo, Tolstoï, Saint- Exupéry, Camus, entre la pensée de minuit et la pensée de midi. Mais gare à la littérature « édifiante »…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :