danieldrai

Bloc-Notes: Semaine du 3 Novembre 14

In Uncategorized on novembre 12, 2014 at 11:38

5 novembre. 

images

Comment les futurs historiens caractériseront-ils cette phase de la Vème République? Une « basse République », comme l’on parlait d’un bas Empire? L’épithète « bas » ne se rapporterait pas tant aux difficultés économiques et sociales présentes ni aux dilemmes financiers de l’Etat mais aux comportement de cette « caste », comme eût dit Sieyès, qui prétend le diriger et qui le dévoie. De ce point de vue il faut en venir à cette littérature qui aujourd’hui prétend révéler, dénoncer, scandaliser. On ne mettra pas en cause les motivations réelles de ceux et celles qui s’y adonnent. Précisément en République la parole est libre et la censure contre performante. Il s’agit juste de s’interroger à part soi. Il y a quelques années le grand juriste et théologien que fut Jacques Ellul a donné un livre digne de ce nom intitulé « La parole humiliée ». Il y montrait comment ce qui est le propre de l’humain pouvait être dégradé par l’homme lui même à cause de ses mésusages, des malintentions pouvant l’animer, de l’irresponsabilité qui l’incite à dénaturer le verbe en verbiage. N’en va t-il pas de même pour l’écriture? Cette « basse République » n’est elle pas aussi caractérisée par l’humiliation de l’écrit lorsqu’il est voué aux basses besognes que l’on vient d’évoquer? Depuis quelques jours la « caste » ne bruisse que de la parution d’un ouvrage dans lequel deux journalistes, transmués en écrivains, jettent dans le domaine public une conversation enregistrée par eux selon laquelle François Fillon aurait sollicité le secrétaire général de l’Elysée pour ferrer illico Nicolas Sarkozy dans la machine judiciaire. Scandale assuré non seulement au regard du procédé mais de sa circonstance aggravante puisque François Fillon a été cinq années durant le Premier ministre de l’ancien président de la République qui s’efforce d’en être le prochain. En pleine campagne électorale pour la présidence de l’UMP on se croirait transporté à Byzance ou à Florence lorsque l’assassinat était une donnée élémentaire de la lutte pour la conquête du pouvoir. Mais Fillon dément tandis que les deux journalistes n’en démordent pas et que Nicolas Sarkozy garde encore un silence plus tranchant qu’une lame de sabre affûtée du matin.. Qui dit vrai? Qui ment? Et, le sachant, qui le dira? De son côté François Hollande, tout à son « plan médias », peaufine sa prochaine intervention télévisée n’ayant pas grand chose à dire de neuf et essayant surtout de se décoller du papier tue-mouches dans lequel son ex-compagne l’a pris dés la rentée de septembre. Et l’on attend d’autres « livres » de la même encre, couleur bile et couleur sang. Ils seront lus puisqu’il faut bien se donner de la distraction par les temps maussades que traverse la République? Et ensuite? Se sentira t-on meilleur citoyen? Plus clairvoyant? Moins cynique, l’exemple venant de si « haut » au risque d’oublier que dans la topographie politique actuelle le « haut » et le bas ne se différencient plus?

6 novembre.

langfr-150px-Seal_of_the_United_States_Senate.svg

Aux élections à mi-mandat présidentiel Barack Obama vient de se voir administrer une raclée mémorable, encore plus cuisante qu’il y a quatre ans. Désormais le Sénat est à son tour sous contrôle du parti Républicain qui se renforce également à la Chambre des Représentants. Et pourtant les résultats économiques de l’actuel Président des Etats Unis peuvent paraître méritoires. La croissance n’est pas flambante mais elle apparaît incontestable et le chômage a reculé. Et pourtant, la défaite électorale est consommée – ce qui d’ailleurs ne préjuge pas des résultats de le prochaine élection présidentielle en 2016 qui dépendra aussi des candidats qui des deux côtés entreront en lice. C’est surtout en matière de politique étrangère que Barack Obama a été si fortement déjugé. Que ce soit dans la crise ukrainienne ou au Proche Orient, il donne constamment le sentiment délétère pour une nation de l’importance des Etats Unis de l’irrésolution, des demi- décisions, tardives de surcroît, laissant à ses ennemis jamais clairement désignés en tant que tels le temps et presque des occasions de s’organiser en conséquence. Le voici plus « canard boiteux » que jamais. Nul doute que Poutine ou que les chefs de l’Etat islamique sauront en profiter. Il reste pourtant encore deux années de mandat à cuver dans cette position d’infériorité. N’importe ! Barack Obama aura toujours la possibilité de démontrer qu’il est bien le chef de la nation la plus puissante du monde et qu’il dispose à cet égard d’un pouvoir inentamé : il lui suffira de s’opposer à la construction d’une nouvelle tranche de logements dans les quartiers contestés de Jérusalem …

9 novembre.

images

Puisqu’il est question de livres autant en prendre un vrai, par exemple le tome III et dernier du « Vicomte de Bragelonne », même s’il est le produit d’une collaboration entre Alexandre Dumas et Auguste Maquet. Que vaut-il mieux: se mettre à deux pour écrire un livre inoubliable, ou pour lancer dans la sphère publique un nouvel objet polluant? Cette dernière partie est célèbre par la description finale de la mort d’Athos, de Porthos et de d’Artagnan, Aramis demeurant le seul survivant du légendaire quatuor. Parmi ces 800 et quelques pages on aurait de la peine à choisir. On retiendra celles où Athos, le père de l’infortuné Vicomte de Bragelonne, dont Louis XIV a dévoyé la fiancée, donne une leçon de rectitude et de royale morale au Roi Soleil tout imbu de sa neuve puissance au point de croire que tout lui fût permis. De la même veine sont les pages où cette fois d’Artagnan dispense au Roi qui se veut absolu une autre leçon, sur le service de l’Etat qui transcende cet absolutisme même. Pages désormais inscrites dans le meilleur de la littérature universelle et qu’il est bon de lire ou de relire dans le temps présent.

RD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :