danieldrai

FINIR LE SALE TRAVAIL ?

In Uncategorized on décembre 2, 2014 at 2:39

Tandis que la communauté juive de France s’apprête à subir avec le vote de la résolution PS en faveur de la création unilatérale d’un Etat palestinien une onde de choc analogue à celle du revirement gaullien du début de juin 67, l’offensive diplomatique contre l’Etat d’Israël va se poursuivre au début de décembre au Parlement européen. Cette fois c’est l’assemblée des 28 Etats membres de l’Union Européenne qui est incitée à faire pression sur Israël dans le même sens. On s’est déjà interrogé sur la portée institutionnelle et politique d’une pareille pression dirigée contre un Etat qui ne fait pas partie de cette Union. Sans doute faut-il approfondir l’analyse puisque l’italienne Federica Moghérini actuellement en charge de la politique étrangère européenne se fait fort d’aboutit d’ici deux ans à la création du dit Etat palestinien, création considérée par elle comme le point central de cette politique. On a bien dit le point central comme s’il y allait pour l’Union européenne de sa raison d’être. Une telle outrance conduit fatalement à s’interroger sur les déterminants non plus diplomatiques mais culturels et psychiques de cette attitude. Car l’on aurait pensé que la raison d’être de l’Union européenne était avant tout la paix entre ses membres, leur stabilité interne, la croissance de leur économie, pour beaucoup au bord de l’effondrement. On aurait également pu penser que la priorité pour elle était de définir et de mener une politique véritablement commune en Afrique gravement menacée par l’expansion islamiste, ou en Ukraine, face aux menées séparatistes. Il n’en est rien: l’objectif de Federica Moghérini reste la création coûte que coûte d’un Etat palestinien « sur les frontières de 1967 », comme si de telles frontières existaient le moins du monde. Les seules frontières qui valent d’être ainsi qualifiées au regard du droit international sont celles dont sont convenues par un traité de paix en bonne et due forme et préalablement négocié l’Etat d’Israël d’une part, l’Egypte puis la Jordanie d’autre part. Sous la houlette de Federica Moghérini et de ses émules l’on feint de croire que l’Autorité palestinienne en est vraiment une, que le Hamas ne l’a pas investie d’ores et déjà comme il tente d’investir à l’instar de Gaza tout le territoire de la Cisjordanie. Au regard d’un si grave déni du réel il est indispensable de s’interroger sur cet impératif: « Il faut créer un Etat palestinien ». Cet impératif n’est pas dissociable de la rhétorique insultante dirigée méthodiquement contre Benjamin Netanyahou et son gouvernement. Que cherche donc réellement cette Europe dont tous les scrutins nationaux qui la concernent révèlent le peu d’attrait qu’elle exerce sur les citoyens de ses Etats membres et qui prétend par ailleurs se libérer de son histoire maléfique? Consciemment ou inconsciemment cherche t-elle à voir finir par Palestiniens interposés le sale travail qui n’a pu être complètement mené sur son sol de 1933 à 1945? On le constate: les générations politiques peuvent changer: leurs obsessions, elles, restent immuables.

Heureusement que pour sa part l’Allemagne d’Angela Merkel ne s’y laisse plus prendre.

                               Raphaël Draï, Radio J, 1er décembre 2014

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :