danieldrai

Bloc-Notes: Semaine du 16 février 2015

In Uncategorized on février 26, 2015 at 1:27

17 février.

220px-Cannon,_Château_du_Haut-Koenigsbourg,_France

« Faites ce que je dis; ne faites pas ce que je fais ». Le Président « normal », soucieux en 2012 de restituer ses prérogatives au Parlement, n’hésite pas à faire pression en 2015 sur sa majorité et à dégainer l’article 49,3 de la constitution. Rappelons que cet article, avec l’article 38 concernant les ordonnances, avait été prévu et élaboré par le Général de Gaulle pour mettre un terme aux turpitudes de la IVème République laquelle avait viré de régime parlementaire au gouvernement d’assemblée. Mais de même qu’après l’avoir critiquée avec de la guérilla menée par la trentaine de députés constituant la gauche de la gauche, pure et dure, et qui font violence au reste du marais PS. Mais le fer est dans le tronc et si le silence s’est fait dans les rangs, il peut annoncer des orages plus rudes. Est-ce tellement sûr? Les frondeurs, comme on les qualifie, savent planter des banderilles. Savent-ils réellement toréer? On les sent teigneux, hargneux. Leur hardiesse ne va pas jusqu’à la témérité, au véhémence dans « Le coup d’Etat permanent », François Mitterrand avait su se couler quatorze années durant dans la constitution de la Vème République, François Hollande et Manuel Valls forcent la décision parlementaire avec la même arme gaullienne et obtiendront à n’en pas douter un blanc seing du plus gros de leurs troupes. Comme quoi, et à condition de trouver le bon habillage rhétorique, le cynisme a de beaux jours devant lui. Bien sûr, l’on se prévaudra point que Manuel Valls les traite d’« infantiles ». La loi Macron valait-elle pareil raffut? Autant que le projet de loi proprement dit, la personnalité, indissociable de ses antécédents professionnels, du jeune ministre se révèle urticante pour les « infantiles ». On ne saurait même pas évoquer à son sujet la fameuse « gauche caviar » puisque le Ministre de l’économie se prévaut autant des Rothschild que de Paul Ricoeur. Reste à savoir quels seront les effets post-traumatiques du recours à cet article-bâillon sur « l’image » d’un président de la République auquel les virages en épingles à cheveu ne font pas peur. De son discours de 2012 au Bourget où il fustigeait la finance internationale, il est passé, trois années plus tard, à la vente d’avions « Rafale » au pouvoir égyptien. De la Présidence bonhomme décrite lors de son débat télévisé avec Nicolas Sarkozy, il est passé au Président fouettard qui exige le silence dans les rangs. Pendant ce temps Nicolas Sarkozy patine et Marine le Pen suppute un glorieux résultat aux proches élections départementales. En attendant mieux. Au train où vont les choses, ce n’est pas à la VIème République qu’il faut déjà songer mais à la VIIème…

 19 février.

images

Négociations difficiles entre la Grèce de Tsipras et les institutions européennes. Le premier se prévaut de sa légitimité électorale toute neuve. Les autres de la parole donnée et de la logique des dites institutions. N’est-il pas abusif de laisser croire au nouveau gouvernement grec, que «riche de sa dette», il pourrait faire pression sur les autres membres de l’Union Européenne pour l’effacer? La menace d’une sortie de l’euro a été vite épointée. La Grèce restera dans l’orbe de la monnaie européenne. En sortir, comme n’hésitent pas à le préconiser certaines hautes voix, peut paraître expédient mais ce serait risquer une sorte d’effet de dominos et s’exposer à voir l’Union Européenne se détricoter fatalement. Ce qui équivaudrait à un désastre économique et financier puis à l’effondrement politique d’une entreprise lancée à quelques Etats au lendemain de la pire guerre qu’ait traversé l’humanité… Après plus de 70 années d’existence, d’élargissement en élargissement, l’Union Européenne n’est toujours pas passée au stade indispensable de l’Etat fédéral. Elle ne constitue même pas à proprement parler une confédération. Sa configuration institutionnelle reste indéterminée, mi-chair, mi-poisson. Elle subsiste parce que durant ces sept décennies, elle s’est dotée d’une bureaucratie qui l’enserre dans un réseau de filins tellement serrés que cette Union invertébrée paraît tenir debout toute seule. Les fondateurs de l’Europe avaient ce qu’il est convenu d’appeler une vision, stimulante et porteuse. A présent ce continent acéphale n’a plus que des « plans » où l’on chercherait en vain, à percevoir le vent du large.

22 février.

03

« Le Rhin ». Ce n’est en général pas le livre de Victor Hugo que l’on découvre en toute priorité. Néanmoins, le périple vaut d’être accompli des bords parisiens de la Seine jusqu’à l’Allemagne la plus profonde. Rien à voir avec le récit de Joseph Conrad: « Voyage au cœur des ténèbres ».Le voyage sur le Rhin procure le plaisir de découvrir les burgs et les citadelles qui le jalonnent mais à chaque halte commence autant une exploration des rives rhénanes que de l’histoire des cités multiséculaires toujours vivaces ou déjà fantomatiques qui y subsistent. Victor Hugo les nomme avec une précision d’historien professionnel mais autant que la précision du voyageur informé et supérieurement cultive lui importe de dire ces noms, pour leur sonorité, pour leur étrangeté. En réalité le livre se dédouble en deux fleuves : le fleuve aux eaux profondes où ont été engloutis tant de barbares et de romains, et le fleuve de mots que l’écrivain sait diriger vers un grand morceau de poésie en prose. La légende du Fleuve

R.D.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :