danieldrai

BLOC NOTES: SEMAINE DU 23 FEVRIER 2015

In Uncategorized on mars 2, 2015 at 10:44

24 février.

images

Profanation géante du cimetière juif de Sarre-Union. Prés de 300 tombes ont souffert de déprédations et, puisqu’il faut désormais nommer les choses par leur nom, de viol. On a de la peine à imaginer qui sont les auteurs de ce forfait macabre tant il a fallu d’énergie morbide pour le réaliser. Seraient-ce les adeptes d’une secte « gothique » qui pratiquent la rétrogression psychique et le retour fasciné au diabolique? A suivre les premières indications des enquêteurs, il s’agirait d’un groupe d’adolescents alsaciens dont les motivations restent obscures puisque au moins l’un d’entre eux jure ses grands dieux « qu’il n’est pas antisémite ». Qu’eût-ce été s’il avait ouvertement pratiqué ce vice! La question reste entière: quelle a été la motivation principale de ces prédateurs nécromaniaques et pourquoi sa mise en oeuvre a t-elle pris une pareille ampleur? On se gardera bien sûr d’extrapoler de leurs turpitudes à l’état d’esprit réel et général de toute une génération. Il semble d’ailleurs que leurs condisciples au lycée qu’ils fréquentent se soient désolidarisés d’eux, ouvertement et sans ambiguïté. Pourtant, cette déprédation fait fonction de symptôme, celui d’un nihilisme hors d’âge qui re-jouvence inlassablement un antisémitisme dont aucun argument raisonnable ne vient jamais à bout. Des politiciens locaux ont laissé entendre que ce saccage était un produit dérivé de l’idéologie du FN. Hauts cris de la Présidente du parti qui clame son indignation et souligne au passage qu’ont été également violés des cimetières catholiques! Sous-entendu: sans que les plus hautes autorités de l’Etat n’aient effectué le déplacement sur les lieux mêmes des autres forfaits. Sous-entendu du sous-entendu: ce régime d’exception ne profite qu’aux Juifs, bénéficiaires abusifs de la « clause de la victime la plus favorisée ». C’est également cette sorte de langage à deux bandes qui aggrave le malaise actuel des Juifs de France et qui incite désormais un nombre important d’entre eux à envisager une émigration. La présence des Juifs s’atteste en France alors que ce pays était à l’état embryonnaire. Les premiers chrétiens de la région lyonnaise, s’il faut en croire l’historien Salmon Reinach, venaient s’approvisionner en « viandes non étouffées », selon les prescriptions de leur rituel alimentaire, dans les boucheries cacher du coin. Comme feront plus tard les musulmans émigrés en terre française avant que ne s’ouvrent les boucheries hallal. Il faut réellement que la coupe soit pleine pour envisager de quitter un pays choisi contre vents et marées après la Libération ou après l’indépendance de l’Algérie. Mais une « patrie » mérite t-elle encore ce nom lorsque l’on doit y survivre en état de siège, protégé par des militaires armes au poing, en espérant ne pas se trouver un jour ou l’autre au mauvais moment et au mauvais endroit? Ainsi, l’on comprendrait que l’on quitte la France pour aller faire fortune à New York ou à Shanghai et l’on imputerait à un cosmopolitisme de mauvais aloi ou à la subversion du Sionisme mondial la volonté de mettre sa famille à l’abri du délire assassin de fanatiques en overdose de théologie toxique?

26 février.

200px-Ávila_24-8-2002

L’on dirait de la rencontre de Minsk entre Hollande, Merkel et Poutine qu’elle « a fait long-feu » si précisément le feu des canonnades et des orgues de Staline n’avait pas repris de plus belle. A se demander si dans certaines parties du monde le concept de diplomatie conserve encore le moindre sens, à part celui d’amuser la galerie ou de gagner du temps pour se redéployer en meilleure position stratégique. La résolution de l’équation n’est guère aisée. A faire passer Poutine pour un potentat assoiffé de pouvoir et soucieux de démocratie comme de son premier kimono de judo c’est s’aliéner non seulement sa personne mais également le régime qu’il façonne depuis plus de quinze ans. Lui laisser le champ libre, serait l’inciter à transgresser des limites en deçà desquelles il serait impossible de le ramener sans conflit frontal, un conflit dont aucun Etat membre de l’Union Européenne n’est en mesure de prendre l’initiative et surtout d’assumer les suites. Nous peinons vraiment à comprendre le sens de cette époque, alors que les cendres de la guerre froide sont encore chaudes et recouvrent des braises toujours incandescentes…

Ier mars.

280px-Duccio_Maestà

La « Maesta » de Duccio. Commencements de la peinture occidentale dans ce creuset aurifère que fut l’Italie de ce temps là, au début du XIVème siècle, et notamment à Sienne. Bien sûr, l’on relèvera sans cuistrerie des maladresses dans le dessin, des naïvetés dans les perspectives architecturales. Nous sommes encore loin du trait sans repentir d’un Raphaël et surtout d’un Dürer. Là n’est pas l’essentiel, s’il faut à tout prix rechercher de l’essentiel dans la peinture. Ce qui importe reste le choc ressenti à la découverte de ces groupements de prophètes et de saints qui dictent leur propre position dans l’espace, sans nulle hiérarchie. On comprend mieux le piège que représente alors l’usage de la peinture dorée si ce n’est de la penture à l’or: conférer au tableau une luminosité forcée, comme celle d’un visage trop fardé. Chez Duccio cette luminosité émane du tableau proprement dit. La couleur or n’en est que le relais, qu’elle irradie beaucoup plus loin. C’était un temps où l’art et la foi n’étaient pas dissociées, où la peinture ne prétendait pas être à elle même sa propre fin. Il est non moins vrai qu’ensuite l’art confessionnel exercera des ravages tels qu’on aura la nostalgie du dessin pour le dessin, de la couleur pour la couleur. Avec au début du siècle dernier cette dislocation des traits de la face humaine au motif de rechercher sa plus profonde vérité.

R.D.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :