danieldrai

Reconstruire le Temple – Par Raphaël Draï

In Uncategorized on juillet 30, 2017 at 12:32

Temple-Israel-3

L’été apparaît comme la saison du plus grand contraste pour une conscience juive attentive a l’enlacement du temps naturel et du temps historique. Saison du soleil, des vacances, de la liberté retrouvée pour un temps au moins. Mais aussi saison du mois d’Av, et notamment de ce 9 Av, date fatidique de la destruction des deux temples d’Israël. Le jeûne du 9 Av n’est pas seulement l’épreuve recommencée de la faim et de la soif sous le soleil ardent, comme l’éprouvèrent plus longuement et plus durement les assiégés de la Ville Sainte, d’abord par les armées de Nabuchodonosor puis par celles de Rome. ll est aussi l’occasion de réfléchir sur les causes de cette double catastrophe afin de mieux prévenir sa répétition éventuelle. Selon la Tradition d’Israël ces causes sont essentiellement internes au Peuple juif. Les armées étrangères ne sont venues que pour consommer une ruine déjà largement engagée au sein même de ce Peuple par la méconnaissance de l’Alliance du Sinaï.

Méconnaissance qui se traduisit d’abord par l’incapacité de respecter l’éthique du shabbat telle qu’elle se pratique avec la libération des servants après les six années de leur engagement; par le repos de la terre après les six années de son exploitation ; par la libération jubilaire de la société après quarante-neuf années de transactions commerciales, d’acquisitions mobilières et immobilières, de créances accumulées. Méconnaissance qui se traduisit aussi par l’application rigoriste de la règle du droit, du din, qui l’emporta sur le souci de la réconciliation sociale, du tsedek, telle qu’elle incombe aussi au juge ”partenaire de Dieu dans la Création ». Méconnaissance qui exerça enfin ses ravages par la dénaturation du langage et de l’affectivité par l’habitude corrosive de la calomnie et de la haine sans raisons. L’exil viendra sanctionner le refus de l’Alliance, de sorte que ses termes en soient redécouverts et de nouveau endossés. C’est pourquoi la Déclaration d’indépendance de l’Etat d’Israël en 1948 se place sous le signe de l’exigence prophétique. La an de l’exil politique apparaît à cet égard comme la reprise de l’exigence shabbatique dont on observe qu’elle est déjà rappelée par Moïse lors de la Traversée du Désert avant que ne soient assemblées les éléments du Sanctuaire confectionnés après la régression du Veau d’Or. Aujourd’hui l’on peut imaginer que le Troisième Temple soit une sorte de somptueuse Cathédrale juive. On doit néanmoins se rappeler que le seul endroit que Dieu désigne nommément comme sa Résidence n’est autre que l’intimité cordiale d’un peuple révélé à lui-même parce que la Parole qui s’y entend cherche à concilier et non à lapider ; parce que la Loi qui s’y commente cherche à concilier et non à exclure parce que le Pouvoir sous toutes ses formes a laissé place à la responsabilité et au désintéressement.

Israël est ressuscité sur une Terre qui de nouveau le met à l’épreuve de cette éthique grave parce que sanctionnée. A la verticale des Textes du Talmud et de toute constitution juridique, le Soleil d’Av rappelle l’acier tranchant du non-amour.

Raphaël Draï zal, L’Arche Juillet Aout 1990

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :