danieldrai

Bloc-notes 31 mars – 4 avril

4 avril.

images-2

Le jeu de massacre politique se poursuit de plus belle. Finalement Jérôme Cahuzac a avoué disposer d’un compte bancaire secret  à Singapour après transit par la Suisse. Aussitôt la défense de zone s’organise à Matignon et à L’Elysée. Haro sur le  traître, désigné à l’opprobre publique et à la désécration collective. Au sommet de l’Etat personne, c’est juré, n’en avait  rien su, n’en savait rien… François Hollande qui doit penser que le ciel en personne lui jette des pierres enregistre à l’Elysée même une déclaration solennelle. Si Cahuzac a blanchi de l’argent frauduleux, l’Elysée se blanchit de Cahuzac  dont ses proches se demandent s’il n’est pas exposé au sort de Bérégovoy. Du coup les ministres qui avaient fait corps avec lui s’en distancient, se confinent dans le silence, bourrant de coups de pieds ce qui semble être déjà son cadavre politique.. La surenchère journalistique monte encore d’un degré. Le compte suisse de Cahuzac aurait été ouvert par un proche de.. Marine le Pen. Et ce matin, le site du journal Le Monde nous informe que le directeur de campagne de François Hollande est actionnaire de compagnies off shore aux Iles Caïman.. De son côté Jean-Luc Mélenchon qui aurait pu jouer les méchants dans un film de Sergio Leone canonne la position élyséenne sans discontinuer. La gauche de la gauche dans cet univers sphérique qu’est la politique finit par se retrouver dos à dos avec l’extrême droite. La seule note d’humanité est venue du sieur Filoche, ancien inspecteur du travail, qui  n’a pu réprimer une sainte colère sur le  plateau d’une chaîne de télévision câblée. Son socialisme à lui était bafoué, foulé aux pieds, souillé par ces individus dont on se demande en quoi, en effet, ils sont de gauche. Jamais comme ces années-ci l’idéologie de surface et les positions de classe, comme l’on disait dans le bon – ou le mauvais – vieux temps n’auront tant été disjointes. Le sieur Filoche en pleurait  presque, évoquant les 5 millions de chômeurs  de notre grand et beau pays et les millions de pauvres qui doivent survivre avec 900 euros par mois.. Pourquoi la France, cette France n’est elle pas encore dans la rue se demandait un observateur sagace ? Pourquoi ? Parce que l’idée de Révolution est démonétisée et que les partis qui s’en réclament pratiquent la nécrophilie. Simultanément, les télévisions montrent François Hollande en visite officielle au Maroc, sous une forte pluie dont le protège, avec Mohamed VI, des  accompagnateurs munis de grands parapluies rouges. Au train où vont les choses ce n’est pas seulement de parapluie dont aura besoin le Président élu il y a  dix mois à peine, mais d’un  parachute…

31 Mars.

220px-Marquise_de_Sévigné

Mise à profit de la période pascale pour replonger dans la littérature. D’abord Le cimetière de Prague d’Umberto Eco qui brode sur le thème un peu rebattu de la conspiration juive au XIXème siècle, sur l’Affaire Dreyfus et sur Les Protocoles des Sages de Sion. Parfois la  construction s’embrouille et l’on ne sait plus si cet antisémitisme là est décrit pour être condamné ou pour servir d’intrigue labyrinthique à un ouvrage – gigogne… Si la littérature ainsi conçue sert l’Histoire, parfois elle la rend encore moins compréhensible. Ensuite  Hard Times (Temps difficiles) de Charles Dickens. A faire lire par tous les étudiants en sociologie qui biberonnent des leur entrée en fac la sentence mal comprise de Durkheim : «Il faut traiter les faits sociaux comme des choses ». Dickens montre avec le talent de romancier qui lui est universellement reconnu la catastrophe intellectuelle, affective et mentale que représente une éducation qui ne prenne en compte que les faits, idolisés : The Facts, comme si la réalité s’y réduisait, tandis que l’âme qui n’a rien de factuel se rabougrit, que la peau se racornit, et que l’homme se transforme insensiblement en rhinocéros. Comme il était à redouter, l’histoire se termine par des morts, des exils, des remords inutiles. L’Angleterre des manufactures reproduisait les cercles de l’Enfer que F.Engels, le compagnon de Marx, allait explorer à sa manière  pour nourrir l’espérance en la révolution du genre humain, ce qui au bout du compte n’allait qu’ajouter un  cercle de plus à cet Enfer charbonneux. Enfin, retrouvé la Correspondance précieuse, guillerette, artistique de Madame de Sévigné. Si Bossuet a été l’aigle du siècle de Louis XIV, la marquise en a été la fauvette. De temps à autre cette légèreté ajourée  console de la médiocrité opaque des temps actuels. Hard, very Hard Times

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :