danieldrai

Bloc-Notes: Semaine du 13 Janvier 2014

15 janvier

images

 

« Vous avez vu ce qu’il a fait à cette pauvre Trierweiler » demande dans l’autobus une dame aux cheveux mauves à sa vis- à – vis, munie des premiers brins de mimosa. Et celle-ci de répondre, comme si elle était de la famille: «  Il faut dire qu’elle n’était pas très sympathique!  La « nouvelle » est beaucoup mieux ». Vie privée? Vie publique? Une vie privée qui se commente dans les autobus de la RATP est elle encore privée? Et imaginons un instant, ce qu’à Cupidon ne plaise, que le président de la République, juché sur un scooter la nuit venue pour s’en aller rejoindre « la nouvelle » glisse, chute et que sa tête heurte le trottoir. Vie privée? Vie publique? Accident du travail ou coup du sort? Le fils de Louis-Philippe est mort après que son cheval avait buté sur une dénivellation de pavé  parisien, rue de la Révolte. Gardons nous cependant de toute  grandiloquence et évitons de citer pour la  nième fois la phrase – d’ailleurs sortie du contexte – de Malraux relative à la vie: « ce misérable petit tas de secrets ». Tous les philosophes, sans parler des psychanalystes, ont insisté sur le caractère composite et parfois totalement clivé de la personnalité humaine. Le jour ceci, le soir cela, et à minuit autre chose, ou quelqu’un d’autre. A quoi l’on objectera que nul n’a l’obligation d’être candidat à la magistrature suprême de son pays et que lorsqu’on y prétend il faut se soucier d’une cohérence minimale des comportements. DSK, pour le désigner par son sigle, a chèrement payé pour s’en persuader. Alors que le chômage ne cesse de progresser en France, que l’affaire Dieudonné y signale un taux élevé d’anoxie, que le budget dérape à cause de l’atonie des rentrées fiscales; alors que l’on ne parle plus que d’exil, d’évasion et du recrutement de djihadistes français par centaines sur les fronts syriens, voilà à quoi est occupée la sphère politique: à justifier ou à condamner les ébats du président actuel, chacun mesurant ses paroles à l’aune de ses propres conduites, avouables ou inavouables. On songe irrésistiblement au film de Zhang Ymou « Epouses et concubines » sur le  jeu de chaises musicales composé par le seigneur des Lieux, Chen Zuo Quiam, entre les nombreuses concubines qui exaltent en son logis, selon l’ordre par lui prescrit et la faveur de l’instant, son hyper-virilité. Qu’en sortira t-il? L’image du président de la République sera t-elle un peu plus dégradée? Se poser la question c’est supposer qu’il dispose encore d’une image. « Vous verrez » dit ce spécialiste des médias « il finira par épouser Valérie ou Julie et cette séquence  sera terminée ». Tout le drame tient dans ce vocabulaire: la vie politique découpée en séquences étanches,  comme un film de série B, avant montage. Dur de descendre de la conception hégélienne de l’Etat comme « accession à la conscience de l’universel » aux photos clandestines de Water-Closer. Un exemple de toute beauté pour les jeunes dealers des quartiers  difficiles, à qui l’on fait la leçon sur le respect d’autrui et la préservation élective du lien social. Mais pour reprendre une phrase célèbre « La question ne sera pas posée ». Ou si peu.

16 janvier.

images-2

En effet selon les confidences d’un agent des RG plusieurs centaines de djihadistes recrutés en France et en Europe  combattraient actuellement sous l’emblème d’Al Qaida, notamment en Syrie, et d’évoquer à ce propos un recrutement « d’usine ». Ce constat ne laisse pas d’être particulièrement préoccupant. Comment expliquer que les RG le sachent et le chiffrent mais qu’ils ne puissent l’empêcher? Ces recrutements ne s’opèrent pas dans n’importe quels quartiers. Les viviers sont connus et recensés. Les filières d’exflitration sont repérées. Pourquoi cette aboulie? Comment des parents peuvent-ils être dupes des prétextes fournis par tel ou tel de leur fils lorsqu’ils savent que celui-ci vient de se convertir à l’Islam, ou à ce qui en tient lieu, et qu’il leur annonce partir en voyage touristique pour plusieurs mois, alors qu’il est sans travail et qu’il vit  la plupart du temps chez papa- maman? Sur le Net circule le texte d’une brève allocution, violemment comminatoire, de Poutine devant le Parlement russe et saluée par une « standing ovation » de plusieurs minutes. Poutine y intime l’ordre aux minorités musulmanes d’obéir non pas à la shariâ  mais à la loi nationale, ou sinon d’aller voir ailleurs si le Prophète saura les accueillir. Puis de citer la France et la Hollande comme exemple de pays islamiquement sinistrés, engagés sur une pente impossible à remonter. A part quoi, le dialogue inter-religieux mondain se poursuit, avec force prières mutuelles et partage de transcendances. Qui niera l’importance du dialogue inter-religieux pour la paix des âmes et pour la paix civile! Mais qui peut s’en contenter lorsque les RG en arrivent au constat de ce prosélytisme fanatisé? Revient irrésistiblement à l’esprit la formule de Tocqueville sur la fête, en apparence unanimiste, de la Fédération en 1790: « On ne parle que de ce qui unit et l’on se tait sur tout ce qui divise ». D’un côté la Tunisie accouche dans la douleur d’une constitution compatible avec les droits de l’Humain, de l’autre Mérah et Dieudonné sont devenus les héros d’une population pulsionnellement déliée, pour qui la vie a moins de piquant  que la survie.

19  janvier.

images-3

Plus les temps sont asphyxiants moins il faut se désister de son esprit et jeter son âme aux orties. Le recueil des discours et allocutions prononcés par les prix Nobel  de littérature et réunis par Eglal Errera y aide grandement. Dans chacun de ces textes s’entend  la profession   de foi d’hommes et de femmes brusquement promus à la dimension  planétaire par la  volonté posthume  d’un inventeur qui avait su ne mettre au point que des explosifs. Exemple réussi de blanchiment moral ? Peu importe. Ces « bilans » de romanciers, de poètes ou de philosophes sont  revigorants. L’Académie suédoise tient à ne négliger aucune langue, aucun genre, aucune religion. Une fois ces  textes lus pour eux mêmes, l’on est porté à les rapprocher en grandes transversales, découvrant d’étonnants points communs entre celui du chrétien Mauriac et celui du juif  Agnon, l’un citant l’Evangile et l’autre le Talmud ;  entre Camus et Bellow, entre Sefeirt  le tchèque et Nelly  Sachs, l’allemande, entre Naguib Mahfouz et Isaac Bashevish  Singer. Avec des antinomies irréductibles. L’allocution de Cholokhov est de la pure langue de bois soviétique, servile et stéréotypée. La rapprocher de celle d’Alexandre Soljenitsyne  permet de comprendre pourquoi l’URSS a disparu. On subodore également pour quelle raison Sartre de son côté a refusé le noble prix en 1965: sans doute parce que Mauriac  et Camus l’avaient obtenu avant lui!  Et puis, cette lecture progressant, et la liste des auteurs intégrés dans l’ouvrage rapportée à celle de la liste exhaustive des candidats du Nobel, bien des regrets apparaissent. Dommage que n’y figure pas le discours de Bergson, ni celui de Mommsen, ni celui de Churchill. On se rattrapera  grâce à Bertrand Russell dont la bafouille de remerciements  comporte  des passages  désopilants. Il faut  imaginer d’ailleurs la tête leurs Majestés suédoises en 1950…Et puis il y a tout ceux et toutes celles qui n’ont pas été labellisés «  Nobel » mais qui méritent néanmoins d’être lus: Héraclite, Platon, Plotin, Dante, Maimonide, Ibn Khaldoun, Louise Labé, Leibniz, Somadeva, Molière, Swift, Jane Austen, Proust, Joyce,  etc.. etc..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :