danieldrai

Bloc-Notes: Semaine du 18 Aout 14

19 août.

images

Alain Juppé déclare officiellement sa candidature à la « primaire » de l’UMP. Est-ce tellement sage? Quelles que soient les ambitions personnelles des uns et des autres, lorsque l’on appartient à un parti, et pour Juppé à un parti que l’on a soi-même largement forgé, des décisions de cette sorte ne s’annoncent pas à la cantonade. Pourtant, il faut s’y faire: cette génération politique est celle du passage à l’acte, du fait accompli. Il faut alors se demander ce qu’il restera de la maison commune une fois que ces ambitions personnelles, toujours soutenues par des entourages qui s’avèrent parfois réellement d’amitié, parfois plus complaisants ou moins désintéressés, se seront une fois de plus affrontées. Car, Alain Juppé n’est pas le seul à louvoyer en ce moment pour se placer en « pole position » pour la course la plus décisive de la Vème république. François Fillon, Hervé Mariton, et Bruno Le maire avec son air perpétuellement scandalisé, ne sont pas de reste. Et puis, il y a ceux dont les silences sont claironnants: Jean-François Copé et surtout Nicolas Sarkozy. Ils ne laisseront pas faire. Pour l’instant, personne n’est sorti officiellement du bois. A gauche est-ce mieux? La fronde s’installe à senestre. Et les frondeurs ne désarment pas. A l’évidence, chacun et chacune se projette déjà, comme on l’a dit et redit, à l’échéance de 2017, sachant que sur la projection de ses non-résultats actuels François Hollande risque de se faire éjecter de la course dès le premier tour. Vrai ou non, François Hollande semble avoir perdu toute autorité. Ses anciens et anciennes ministres ne l’épargnent guère et dans les dîners en ville ou devant leur potage-bio distillent contre lui le plus mortel des curares. On dirait une génération sans aucune image de père, une fratrie anarchique, ou tous les coups sont permis, tous les revirements imaginables. Certains ministres se comportent au sein du gouvernement Valls comme s’ils n’en étaient pas. Dans le no man’s land du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon traîne sa déprime mais fusille Pierre Laurent, secrétaire du PCF, qui pourtant l’a longtemps fourni pour ses meetings en auditoires conséquents et en service d’ordre. Rien de ce qui est dit le jour même n’engage plus le lendemain. Les mots sont devenus de petits ballons de baudruche que l’on s’amuse à crever avec une pointe de sadisme. Un Etat digne de ce nom peut-il y survivre? Il faudra sans doute des décennies pour comprendre comment l’on en est arrivé à ce degré d’autisme narcissique alors qu’il suffit d’ouvrir Montesquieu, par exemple, à n’importe quelle page, notamment dans ses Pensées, pour comprendre qu’il n’est point de République sans modestie et sans capacité à se mettre en retrait.

21 août.

images-1

Enfin la menace que représente l’Etat Islamique est comprise à son échelle exacte et les premières réactions commencent à s’organiser. Les horreurs perpétrées par cette entité qui n’est dotée d’aucune existence légale en droit international, qui n’est qu’un Etat-pirate, commencent à être connues en soulevant la réprobation politique et la condamnation morale de tous les êtres qui ont, il faut l’espérer, dépassé le stade de cette sauvagerie. Ce qui donne à réfléchir est la régression insensée sans laquelle l’Etat Islamique ne serait pas concevable. Nous voyons, en plein XXIème siècle, sous nos yeux, se reconstituer une de ces monstruosités que l’on pensait reléguée dans la proto-histoire de l’humanité. Le Calife el Baghdadi nous administre en réalité une véritable leçon de choses. Comme il prétend suivre à la lettre les prescriptions du Coran, il permet de nous représenter comment, au delà des légendes et des récits édifiants, ont procédé au temps de leur expansion mondiale les armées mahométanes; comment, sorties des confins de l’Arabie elles ont exercé leur emprise sur une partie considérable du territoire humain. Pour combattre un fanatisme aussi incandescent, il aura fallu à la chrétienté et à l’Europe bien de la détermination et de la force d’âme. A Lépante (1571) ou dans Vienne assiégée (1529) elles surent ne pas en manquer. La même exigence s’impose aux démocraties. Sauront-elles la soutenir?

24 août.

220px-Abraham_Lincoln_November_1863

Films de l’été. « La lance brisée » (1954) D’Edward Dmytryk, « Sergent noir » de John Ford (1960), « Lincoln » (2012) de Spielberg. Trois films magistralement réalisés et qui donnent à réfléchir sur l’esclavage de ce temps et sur sa permanence dans les esprits les moins disposés à donner gîte et couvert à cet odieux sentiment. Alors où se décèle le point faible? Qu’il s’agisse justement de films à thèse dans lesquels les seuls blancs qui méritent d’être qualifiés de bons sont ceux qui prennent systématiquement le parti des victimes de l’injustice et du racisme. Un réalisateur qui mérite ce nom ne doit pas se contenter de disposer ses caméras dans le sens de l’Histoire, une fois celle-ci connue, avec la répartition angélique entre les bons et les méchants. Il n’est besoin d’aucun courage intellectuel à cette fin puisqu’il n’est plus concevable de soutenir la thèse adverse. Le « Lincoln » de Spielberg, filmé des décennies après ceux de Dmytryk et de Ford, donne trop souvent dans la bondieuserie. Quoi qu’il décide et fasse, Lincoln a toujours raison. Ce n’est plus à proprement parler du cinéma mais de l’hagiographie. Les personnages qui s’opposent à lui sont généralement présentés comme des demeurés ou des pantins. Un film sur la terrible époque de la Guerre de Sécession devrait au contraire faire mieux comprendre, et en profondeur, comment des chrétiens pouvaient de toute la force de leur conviction justifier l’injustifiable. Là, nous serions entrés dans les obscurités de l’esprit humain, à la manière de Balzac ou de Dostoïveski. On observera d’ailleurs que dans « Sergent Noir », les officiers blancs et les cavaliers noirs se retrouvent d’accord pour massacrer ensemble et à qui mieux-mieux des Apaches auprès desquels même les coyotes semblent doués d’une âme.

RD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :