danieldrai

Bloc-Notes: Semaine du 1er Mai 2014

1er mai.

images

Le mois des ponts. A force d’en faire, disait Picasso, on finira par coucher dessous. Le propos est de circonstance après le plan d’économie que le PS a fini par voter, la mort dans l’âme pour beaucoup de parlementaires, si un parlementaire avait vraiment une âme. Prenons garde toutefois au prurit de l’anti-parlementarisme, primaire, secondaire ou exponentiel. Le Parlement est le lieu où le peuple s’exprime par l’intermédiaire de ses représentants. A condition que ceux—ci puissent continuer à se parler entre eux, que les antagonismes idéologiques ne s’avèrent pas irréductibles ni les conflits d’ambition inconciliables. Pour les spécialistes des élections au PS, l’échéancier proche ou à très court terme, européennes et sénatoriales, ne s’annonce pas rose. La France commence à se configurer sous la modalité d’un tripartisme d’un genre nouveau et qui renvoie à nos observations préliminaires: PS, UMP et… FN. Rien ne dit que le FN ne se retrouvera pas en tête du scrutin dans peu de temps. A première vue, ne serait-ce pas la configuration idéale, proche d’une équitable proportionnelle? Sauf que ces trois formations ne présentent entre elles d’autre point commun que celui de vouloir s’éliminer réciproquement. Pour le FN, l’UMP et le PS représentent les deux faces d’un même échec; pour le PS et l’UMP, au moins jusqu’à présent, le FN a tête de Gorgone, tandis que pour le votant de base UMP et PS sont des rejetons des frères oedipiens, Etéocle et Polynice. Pendant ce temps, le Président de la République, se fondant sur l’on ne sait quels indices, à moins qu’il ne se soit mis aux consultations de voyantes, affirme que les trois années à venir seront celles d’un retournement positif de tendance; que les augures économiques sont favorables et que finalement 2017 n’est pas d’ores et déjà synonyme de naufrage.

Qui le confirmera? Un Etat qui ne sait que prendre, sans rien donner en échange, un Etat « anti-providentiel », ne peut attendre aucune marque de bienveillance d’un peuple érodé, entamé, qui lui ne sait plus où se situer entre l’Allemagne et la Grèce, et où les jeunes générations pensent que Jaurès est une station de métro. Il faudrait s’interroger également sur les carences de la pensée politique actuelle. La plupart des ouvrages qui paraissent à ce propos donnent dans la retape keynésienne ou dans le recyclage d’un mendésisme dont par ailleurs personne aujourd’hui n’accepterait les contraintes. Ne broyons plus de noir néanmoins: le mois de mai est celui du printemps plein, de l’imagination reverdie, des plaisirs de plein air, de l’impressionnisme raccordé aux sensations de l’enfance. La politique n’est qu’une des dimensions de l’existence.

3 mai.

images-1

Aux Etats Unis, une fois par an, à cette époque de l’année, il est d’usage de se moquer de soi. Version yankee de la fête médiévale des fous! A cette occasion, des sénateurs et représentants en smoking, des dames d’atour en robe minimalises, des journalistes redoutés, font assaut d’humour et d’esprit, avec gags et bons mots préparés comme il se doit par des professionnels du rire. Il est loisible de s’en gausser mais l’on remarquera qu’en France c’est le jeu auquel François Hollande s’adonne pour ce qui le concerne à jet continu. Pourtant il est deux sortes d’humour politique, le préalable et le posthume. Le premier consiste à relativiser en amont l’importance que le décideur, ministre ou gardien de phare, s’accorde à lui même, à alléger ses actes de toute la gangue de tragique par laquelle il voudrait les sur-pondérer. On ne peut citer à tout bout de champ la bataille de Verdun ou l’exemple de Jean Moulin. L’autre, l’humour de corbillard, est celui par lequel se commentent a posteriori des échecs collectifs projetés sur un seul responsable. Freud a magistralement éclairé les relations entre l’inconscient et les mots d’esprit, à condition que le mot « esprit » s’y justifie. Un bon mot de ce point de vue équivaut à un passage à l’acte, mais uniquement verbal, dépourvu de violence et de malveillance. Là où le tragique ne percevait nulle issue, l’esprit en fait apparaître plusieurs et l’on se sent délesté d’une chape de plomb cérébrale. Encore faut–il avoir l’oreille exercée. Lorsque par exemple dans le livre de la Genèse, le Créateur proclame « Faisons l’Homme à notre image », qui n’a compris qu’il s’agissait là du premier mot d’esprit jamais proféré dans la Création! Hélas l’Homme en question s’est trop vite pris au sérieux. On sait la suite.

4 mai.

images-3

Comme convenu, tome II du « Vicomte de Bragelonne ». Plusieurs lectures en sont possibles. D’abord celle qui le confine au roman historique et à la fresque romanesque. Le plaisir n’en sera pas moins assuré. Dumas sait comme personne combiner la langue du XVIIème siècle avec celle du sien, sans archaïsme et sans anachronisme. Une véritable leçon de littérature. Et puis, s’impose la lecture politique au sens fort du mot, avec ces deux personnages en lesquels s’incarne une volonté de pouvoir féroce: Louis XIV bien sûr, le Roi Soleil qui ne se couche jamais, devant qui tout doit plier par définition, mais aussi l’impitoyable Colbert qui ne cesse de supputer, d’évaluer, de vérifier jusqu’au moment où dans ses filets de chiffres, Fouquet en personne vient mortellement se prendre et lui laisser place nette. Roman de la fascination du faible par le fort, du puissant par le podagre. On comprend mieux alors l’énigme du Masque de Fer. Le Roi Soleil ne saurait avoir de double, ni de frère qui lui ressemble et si la nature s’en était mêlée malgré tout il lui faudrait rentrer en elle même. Le fer déjugera la chair. Louis XVI, le roi crépusculaire, l’expiera sur l’échafaud le 21 janvier 1793.

RD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :