danieldrai

Bloc-Notes: Semaine du 24 Février 2014

26 février.

images-5

Pris dans une sombre histoire de surfacturation, François Copé crie au complot mondial et déclare la patrie en danger. Pas d’affolement toutefois. Il s’agit juste d’un nouveau coup de Jarnac signé par ses ennemis intimes au sein de l’ UMP. A se demander ce qui provoque une haine aussi irréductible entre des personnalités qui prises séparément sont en général de bon aloi et qui mises en communauté semblent atteintes du syndrome de la vache folle. Le tout broché sur fond d’idéologie gaullienne dilatée, avec références obligées à l’ homme du I8 juin dont on feint d’oublier qu’il fut aussi celui du 13 mai. Il semble pourtant que ce soit au sein même du mouvement gaulliste qu’on n’ait plus du tout conscience de la dégradation intellectuelle et politique de la situation. François Copé est accroché à un radeau en comparaison duquel celui de la Méduse ressemble au vaisseau de l’Agha Khan. François Fillon, lui, s’est attaché au mât du navire et se bouche les oreilles pour ne pas entendre les sirènes sarkozistes tandis que l’ancien président de la République répète devant sa glace les gestes de Spiderman. En foi de quoi la Gauche n’a qu’à bien se tenir! Tout cela paraît décalé ou franchement onirique. A si brève échéance des Municipales, et en attendant les Européennes les pronostics s’imbibent du marc de café requis par la voyance extra-lucide. Depuis plusieurs mois, la France de droite, de gauche, du centre, d’en haut, d’en bas et d’ailleurs se trouve pour ainsi dire en état de flottaison intersidérale. On évoque la possibilité d’un gouvernement « resserré » mais l’on ne sait toujours pas à quelles fins. L’arrivée de Ségolène Royale est dans les esprits, ce qui suffit à démontrer ou que le salut est proche ou que les thèses de Durkheim sur le suicide altruiste vont être actualisées. Selon un sondage récent, plus de 40% des jeunes de France se déclarent en état de maltraitance collective et chronique, économique, sociale et culturelle. Un symptôme apparaît en ce sens particulièrement parlant: les comiques ne font plus rire grand monde et déclarent ouvertement que leur profession est sinistrée. Les seules émissions de télé qui font parler d’elles sont celles dont les invités quittent en furie le plateau avec le désir tout juste réprimé de découper au canif le présentateur ou la présentatrice. Sur les chaînes surexploitées du cinéma, à force de revoir pour la cinquantième fois Le Corniaud les oreilles vous en tombent et à force d’entendre le fameux train de Fred Zinneman siffler trois mille fois, l’envie vous prend de voyager en avion. Heureusement les librairies n’ont pas toutes déposé leur bilan et il reste sur les quais des bouquinistes qui savent retrouver les « Robinsons suisses » de notre enfance, dans l’édition Nathan. Bonheurs d’occasion Occasions de bonheur.

27 février.

290px-Mammoth-ZOO.Dvur.Kralove

Très forte tension entre l’Ukraine et la Russie. Les Etats-Unis et l’Union européenne emboîtent le pas aux Ukrainiens. Poutine se cabre. Au point que l’on évoque à nouveau le spectre de la guerre froide et le retour du Dr Folamour. Plus que jamais chacun devrait garder ses nerfs et éviter de convoquer les spectres d’un autre âge. La véritable Guerre froide ne se conçoit pas sans une lutte idéologiques poussée aux extrêmes car nourrie aux schémas simplistes d’un marxisme-léninisme paranoïde d’un coté, d’un « monde-librisme » à la Truman de l’autre. Il faut revenir sans doute à une géopolitique moins effervescente. Les peuples et les nations se différencient toujours par les langues, les littératures, les identifications religieuses. En ce domaine, qui veut faire l’ange fait la bête. Longtemps les Etats-Unis ont professé la doctrine Monroe selon laquelle les américains du Nord doivent rester maîtres chez eux. Mais comme la conception nord-américaine du « chez soi » est extensive, il n’a pas fallu forcer les choses pour qu’à l’occasion, si l’on ose dire, de la première Guerre mondiale les Etats-Unis se sentent comme chez eux dans tout le monde habité. La déréliction du continent européen les y a puissamment aidés. A présent l’Ukraine, la Russie et la planète entière émergent de la débâcle des glaces soviétiques et par bien des cotés les peuples qui reviennent au jour font songer à ces ossements de mammouths surgis de l’outre-monde. Mais il faut penser aux êtres vivants, dans le temps non pas jurassique mais contemporain et se convaincre que nous valons mieux que notre préhistoire. Celle à laquelle nous risquons de rétrograder si un peu de sagesse venait à nous faire défaut.

2 mars.

images-4

Entre une oeuvre et son sujet ses produisent parfois des formes d’identification surprenantes. A commencer par leurs dimensions. Le constat se confirme en rouvrant « Moby-Dick » le roman-cachalot de Melville. Au fond le livre pourrait se réduire au combat final entre le Léviathan et le capitaine Achab, soit une dizaine de paragraphes. Mais, à la manière des « Mille et une nuits », Melville s’adonne à l’exploration cosmique et surgénératrice du monstre. Il s’ensuit qu’une centaine de pages après l’autre on finit par se prendre pour ces baleiniers qui, leur chasse assouvie, n’en finissaient pas de dépecer et de débiter le mammifère génésiaque. Heureusement la masse immense du cétacé se fait homologue à celle de la chair même du roman et il y apparaît de quoi nourrir et illuminer à l’huile des cités entières. La traduction en forme de mission réellement impossible n’en donne qu’une idée faible. Il faudrait avoir passé sa vie sur les navires de ce temps- là, le harpon en mains. Mais aujourd’hui le mythe se réduit à des proportions plus triviales car les baleines ne fascinent même plus les enfants auxquels elles n’inspirent que de la pitié, des enfants qui désormais vont chasser d’autres monstres, « numériques » ceux-là. Le capitane Achab est vraiment parti à temps.

RD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :