danieldrai

QU’EST CE QUE LE DROIT NATUREL?

QU’EST CE QUE LE DROIT  NATUREL?

          (  Inédit )

Lucrèce , 1er siècle auteur de  "Rerum Naturum"

Lucrèce , 1er siècle auteur de « Rerum Naturum »

L’idée de droit naturel est une fausse idée simple, à moins qu’elle ne soit qu’une simple idée fausse .En apparence , elle semble résoudre toutes les difficultés soulevées par le  droit positif, souvent englué dans la contingence des faits et le relativisme des mœurs .Quoi de plus simple alors , en effet , que de trancher ces querelles en les prenant un ton et un temps au dessus , en se reportant à ce qui fait 1’essence du genre humain et la quintessence de ces valeurs?Ne sommes nous pas tous issus de “Mère nature” qui nous dicte  sa loi en même temps qu’elle nous façonne? La solution n’est qu’expédiente car comment distinguer le “droit naturel” , transcendant , et “1′ état de nature” , sauvage , qui est son contraire ?

Deux questions au moins se posent  .Cette nature là n’a t-elle , elle même , rien qui lui soit supérieur et que l’on fût forcé d’obéir à notre corps défendant , ce qui, bien  sûr, n’aurait plus rien de naturel? Ainsi de la Nature  à Dieu censé lui commander la transition ne va pas de soi. L’idée de Dieu non plus ne fait l’unanimité ni chez les incroyants ni chez les  croyants. Quoi de commun entre Zeus et le Dieu d’ Abraham, d’ Isaac et de Jacob, et entre ce dernier et l’ Etre suprême invoqué dans la déclaration des Droits de l’Homme  et du Citoyen? Et quel serait le point commun entre les Lois non écrite d’Antigone- au fond l’une  des matrices les plus antiques de l’idée de droit naturel – et les prescriptions halakhiques , canoniques ou coraniques fondées elles aussi sur le respect et la préservation de la Création divine à quoi toute nature se rapporte mais sans toujours se conciler entre elles ?Et puis , hormis ces considérations divines , la Nature n’a  pas toujours présenté le même visage ni enseigné les mêmes lois . Du temps de Ptolémée , elle était  conçue comme une surface plate dont les bords donnaient sur le vide . Depuis Galilée , et en dépit des pressions exercée sur le vieillard clairvoyant , elle est donnée non seulement pour sphérique mais comme tournant autour du soleil , girations nouvelles propres à donner le tournis à l’observateur figé dans ses idées fixes . Faut -il alors resserrer le point de vue, le focaliser sur le corps humain dont la conformation au moins ne souffre pas contestation?

Là encore l’idée de nature est moins simple qu’il n’y paraît .Si le corps «naturel» s’identifie au sexe masculin ou au  sexe féminin ,depuis deux décennies cette    critériologie est fortement contestée  . Elle l’est non seulement par  ceux ou celles né(e) s dans l’un ou l’autre sexe  , qui ne s’y sentent pas en demeure et entendent ajuster , fût- ce par quelques interventions chirurgicales , leur corps initial et celui auquel ils ( elles ) se sentent porté(e)s par leur désir , mais il arrive aussi que la jurisprudence  leur emboîte le pas , et considère que le sexe , et donc le corps n’ont rien de “naturel”, entendons d’immuable,  et qu’il dépend de l’état de la science du jour_et du désir des sujets dont la première des souveraineté doit s’exercer sur cette nature qui dés lors découle moins d’un fait de naissance que d’un acte de volonté. Mais avec son immutabilité , l’idée de nature , et celle de droit qui en procèdent , perdent beaucoup de leur capacité stabilisatrice  à l’encontre d’un  relativisme exposé à toutes les aventures  et errances de l’intelligence humaine lorsqu’elle se délie de ses liens primordiaux.

Et pourtant l’idée de droit naturel résiste à sa propre déconsidération .Sous le coup des critiques qui lui sont assénées , elle s’exhausse de l’idée de nature à celle de creation; de l’image du corps à ce qui fonde la dignité de celui ci dés lors qu’il risque  de se transformer  en agrégat de pièces détachables, en objet de trafic .Elle peut ainsi s’adosser à une série de considérants tirés de l’ histoire calamiteuse d’un XXeme siècle où le droit était dicté par la bouche du Führer ou du Secrétaire du Parti , l’un et l’autre estimant n’avoir de compte à rendre à nul autre qu’à eux mêmes , pliant la nature physique , chimique et biologique  à leur passion de détruire , la seule en mesure de faire la  preuve de  leur omnipotence.

Il  semble alors  qu’avec  la  manifestation à  l’échelle planétaire de  l’Inhumain , se soit fait jour une sorte de droit naturel positif  qui dicte moins les limites externes de l’ Humain qu’il oblige à le préserver dans ses profondeurs afin d’en préserver 1’espèce , au moins à 1’égal de ses congénères moins doués de raison mais aussi de déraison.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :