danieldrai

TSAV par Pr David Banon

Tsav

Cette paracha comporte des instructions adressées aux prêtres lors de leurs fonctions. Instructions qui concernent la manière dont ils doivent offrir les sacrifices et celle dont ils doivent se vêtir pour assurer le service. Une paracha, somme toute et à première lecture, très technique. On aurait pourtant tort de la négliger.

Généralement cette paracha se lit avant la fête de Pessah’. On y trouve en effet un verset qui établit clairement le lien entre parachat tsav et la fête. « Im ‘al todah yaqrivénou/Si c’est par reconnaissance que l’on offre un sacrifice, il apportera avec ce sacrifice de reconnaissance des gâteaux azymes arrosés d’huile et des galettes azymes frottées d’huile et de la fine farine mélangée, en gâteaux pétris à l’huile.» Il convient d’abord de noter qu’aucun sacrifice n’était assorti de pains cuits au levain. Car le levain est ce qui fait gonfler le pain, c’est donc  le symbole de l’orgueil alors que les gâteaux d’azyme ou les galettes d’azyme sont les matsot qui ne contiennent que de la farine et de l’eau – un aliment réduit à sa plus simple expression – un  aliment plat symbolisant l’humilité. Quiconque sacrifie doit se départir de son orgueil – qui est une atrophie ou plus encore une  hypertrophie de l’être et du moi – et renouer avec l’humilité. De surcroît, comme il s’agit ici d’un sacrifice rémunératoire c’est-à-dire comme son nom l’indique :  « payer en retour » pour un service, cela conduit Rachi à ce commentaire. « Si la reconnaissance s’exprime à propos d’un miracle qui est arrivé, par exemple, à des voyageurs en mer ou ayant traversé un désert, à des détenus en captivité ou à un malade qui guérit, ceux-là doivent rendre grâce car c’est bien à eux que s’applique le verset 21 du Psaume 107 « Reconnaissance à Dieu pour sa bonté, ses prodiges en faveur des êtres humains. Qu’ils offrent des sacrifices de reconnaissance… » »

De ce verset, ainsi commenté par Rachi, nos Sages ont institué que quatre types de  personne sont dans l’obligation d’exprimer leur gratitude : le détenu qui sort de prison, celui qui se lève de maladie, le voyageur en mer ou qui traverse un désert. Ils les ont agrégé dans une formule mnémotechnique : hayim/les vivants ou mieux les survivants. Hayim s’écrit, en hébreu, hèt-youd-youd-mèm. Par la méthode du notariqon, chaque lettre sert à former un nouveau mot. Le hèt désigne le détenu/h’avoush. Le youd : yissourin/le malade qui souffre, l’autre youd : yordé hayam/les voyageurs en mer et le mèm : midbar/ceux qui traversent un désert.

Or à analyser le Psaume 107, lequel est entonné à la synagogue par les Sépharadim à l’entrée de la fête de Pessah’ et tout au long des huit jours de services festifs relatifs à cette fête, l’on découvre que le sujet de ce psaume est la collectivité d’Israël laquelle se doit, à l’instar des quatre types de personnes évoquées plus haut, d’exprimer sa reconnaissance. En sortant d’Egypte, les enfants d’Israël ont dû, en effet,  traversé la mer des Joncs (Ps 107,23). Ils ont erré dans le désert (Ps 107,4). Dieu les a guéri par sa parole (Ps 107,20), puisque quiconque voulait consommer du sacrifice de l’agneau pascal était sommé de se circoncire : ils relevaient donc de maladie. Dieu a enfin rompu leurs entraves en les libérant de la servitude égyptienne (Ps 107,14).

En insistant sur la gratitude, cette paracha nous prépare à la fête de Pessah’ par la méditation sur le sacrifice de reconnaissance. Plus encore, elle nous livre une des clés de l’ordonnancement de la soirée pascale, du séder où toute la liturgie tourne autour du chiffre 4 : les quatre questions, les quatre verres de vin, les quatre enfants et  les quatre paroles de liberté… Une liturgie qui n’est pas celle du mystère mais de la réflexion, du questionnement et de la reconnaissance.

DB

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :